Envie de participer ?
Récit raid 2015 : Caylar - Agde

ASPTT VTT LOISIR MONTALBANAIS  vient de réaliser une aventure de près de 200 km au départ du Larzac avec une très large majorité de nouveaux adhérents. L’objectif a été de rallier Agde sur trois jours par les sentiers en passant par le paysage rougeâtre du lac Salagou et la garrigue méditerranéenne. Une nuit passée sur place nous permettra un départ matinal du CAYLAR, petit village du causse.

 

 

 

 

 

 

 

La magie des lieux, la température agréable en ce début du mois de mai donneront une motivation maximum aux 16 vététistes qui attendaient la joie de ce moment. Notre première attention se portera dès notre départ vers l’arbre sculpté qui est un orme évoquant désormais la vie du causse. Très vite la forêt fait son apparition avec la première longue difficulté du matin pour atteindre son point le plus haut à 687m.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

De là et durant des kilomètres nous plongerons vers le village de Lunas pour y faire la première halte après 40km de sentiers. La logistique est conduite par Jean-Marc et Denis , ce véritable luxe permet d’alléger son sac à dos et  la très longue et rude journée de vtt .

                                                                                       

Le jeune Guilhem prendra ici son départ après un rapide repas sur les bords de la rivière Le Graveson. Dur dur, car une solide côte nous attend, elle aboutira sur un magnifique plateau dominant ou de nombreuses éoliennes sont en pleine action. Denis L se souvient que nous étions déjà passés ici lors d’un autre raid. De l’autre côté une superbe vue sur le château de Dio avec tout en face les premières couleurs rougeâtres d’une terre poussiéreuse. Nous entrons tout doucement vers une autre zone difficile ou Patrick peine à suivre, mais il est un expert du raid et sait gérer ces situations. Pascal est étonnant de facilité, bien plus que dans les descentes ! Il est prudent et ne s’aventure pas à suivre le bolide enduriste Frédo.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au col de la Merquière, les deux féminines : Domi et Raphaëlle se joindront à nouveau au groupe  pour les 20 derniers kms , ce qui qui permettra au baladeur Denis F de goûter aussi au bonheur de l’épreuve en ligne. Malgré la possibilité de réduire le tracé plus bas, tout le monde restera sur le tracé, car le Lac Salagou est en vue.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Son terrain ludique et ses nombreux sentiers nous obligent à la vigilance histoire de rester sur le parcours prévu. On en loupera un bout, mais son immense terrain de jeu permet bien des facéties sans pour autant suivre à la lettre le tracé prévu. Fatigués mais heureux, nous pourrons enfin nous délasser à la base de loisir pour y passer la nuit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La solidarité de tous et la ténacité de Domi à vouloir organiser repas et petit-déjeuner c’est soldé par une expérience très positive autour d’une ambiance conviviale. Seul bémol les marabouts et ses lits de camps, mais impossible de trouver ici meilleur confort pour un tel groupe.  Aucune incompréhension de nature à perturber l’organisation car, on perçoit le profond respect pour ce lourd travail .                                                                                                    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Durant la nuit paraît que des oiseaux ont fait du bruit, peut-être le pivert qui tambourine dans certains crânes envahis par les effluves d’odeur de prune alcoolisée. Vous avez dit bizarre ! En guise de café ou de thé, la tisane a allègrement fait son apparition dès le réveil. C’est du VTT loisir et c’est tant mieux, car on se régale de voir les visages heureux d’être là. Le départ se fera en côte et ce que prédisait Martin s’avèrera vrai, car la vieille il osait brandir le schéma évocateur de toutes les montées et descentes : Où est donc passé le plat ! Une étape au demeurant facile, mais qui présente donc un relief très escarpé. Les paysages méditerranéens sont un pur plaisir et la douceur des températures un bonheur pour moi. 

 

 

 

 

 

 

 

L’eau ne coule plus dans les ruisseaux et le vent a fait son apparition , témoignant sauvagement de sa force. Nous sommes sur le bitume, Raphaëlle bien abritée par Martin ne laissera pas trop d’énergie dans cette montée. Où est Patrick ? Derrière, devant ? Il a le tracé et ce n’est pas ce type qui pédale désormais seul dans le rif Marocain qui va se perdre. Nous sommes arrêtés pas très loin du rendez-vous à Neffiès ou la logistique attend sagement . Revoilà notre fugueur, soulagé et sourire aux lèvres, il a évacué avant de nous sustenter. Nouveau départ pour Denis le baladeur et arrêt plus loin de Patrick qui préfère dire stop momentanément, car son genou le pique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre arrivée sur Pézenas ne sera pas trop tardive pour profiter d’une fin de journée très agréable. Après une nuit confortable nous entamons la dernière ligne droite sans oublier de passer par le cœur du village. Les visages sont rayonnants et les jeunots Guilhem et Julien sont en forme. Après Montagnac voilà le passage propice à l’enduro faisant le bonheur de Frédo durant quelques kilomètres. Il va tellement vite que Martin refuse de le suivre, car pas encore cette expérience là. Désespérément seul, lâché à toute bringue dans ce magnifique paysage, devant lui l’énorme ornière qu’il ne pourra éviter. Chute spectaculaire, genoux et coudes pelés nécessiteront l’intervention de Jean-Marc et son énorme trousse à pharmacie.

 

 

 

 

 

 

 

Fort heureusement nous avions au préalable étudié minutieusement le tracé ce qui nous permettra une rapide prise en charge du blessé. Frédo a pris un bon choc, il décide de s’arrêter et il ne vivra donc pas les instants magiques de l’arrivée. Après une bonne heure, nous repartons vers la voie Domitienne qui cette fois verra une longue crevaison de Raphaëlle à l’arrière. Au bout de celle-ci d’énormes sons musicaux s’élèvent non loin de là. Didier et Bruno décident de jeter un œil et ils rapporteront la présence de la fin d’une rave party. Cette garrigue si proche du maquis est peuplée de pins d’Alep qui avec la chaleur dégage des odeurs si particulières.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce qui caractérise aussi ces lieux, c’est bien sûr l’omniprésence de la vigne. Un hommage lui est particulièrement rendu au travers de magnifiques sculptures disséminées au cœur de celle-ci. On peut y trouver l’évocation du dur labeur, car la vigne n’est pas que jouissance. Son divin «  jus de cailloux » est un élixir qui peut vous mettre à genou . Jean Marc et Denis nous attendent sur la place du village de Castelnau de Guers pour manger un brin et ravitailler en eau.

 

 

 

 

 

   

 

L’énergie retrouvée, les derniers kilomètres seront couverts à vive allure et c’est sur les berges de l’Hérault que nous achèveront en douceur notre aventure. Accolades, poignée de main, embrassade témoigneront d’une forte collaboration, d’une joie immense et d’une forte envie de recommencer. Tout cela se terminera autour d’une bonne bière et des images qui resteront sûrement gravées pour un bon moment.

 

Très vite chacun pourra mesurer la jouissance d’une telle liberté après trois journées de pleine nature . Merci aux 16 participants et aux très nombreux nouveaux qui composent désormais notre club . Bravo à Julien et Guilhem les deux jeunes de l'école cyclo . Avec le soutient des anciens Jean-Marc V , Denis L , Patrick B , Frédo M . Avec la très sérieuse logistique dirigée par Jean-Marc V et Denis F .

                                                                                                                                                                        

MERCI A DOMI 

QUEL PLAISIR DE T'AVOIR PARMI NOUS

QUEL PLAISIR DE DIRIGER CE CLUB AVEC TOI

COMBIEN DE BONHEUR TU NOUS DONNES

AVEC CETTE VISION COLLECTIVE ET TON SENS DU

COMPROMIS .

 

Retrouvez les photos de ces 3 fabuleuses journées de VTT et de partage du sentier ( clic sur les journées )

Journée 1

Journée 2

Journée 3

Une vidéo très bientôt et un futur raid en étude .

Commentaires des raideurs : CLIC ICI


Commentaires

Alain LUCHINI le vendredi 29 mai à 01:14

Merci Denis pour cette précision , j'ai rectifié et vais me tuyauter sur cette pratique on ne sait jamais ! 

Mon cher Daniel merci mais c'est du cogitage de cerveau : bienvenue au paradis des neurones et dans le monde de la noctambulie ! 

Pascal66 le jeudi 28 mai à 20:32

Super récit qui résume trés bien les trois jours de raid en direction de la mediterranée , avec un super groupe, et encore Merci Domi et Alain pour l'organisation. @+

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.