Envie de participer ?
Souvenir de Camargue

Alors cette Camargue ? C’est le plat pays , mais tout de même pas la Belgique ! Quoique on arrive à trouver de la bière . Des taureaux qui vous regardent de travers , des petits moustiques qui vous piquent , des rizières , du sel et du soleil qui s’est régalé sur certains . Vous savez celui qui réside au Mans et qui a le surnom de Gégé et bien lui on aurait dit une écrevisse ! Ah tu pourras leur dire aux nordistes que dans le Sud ça chauffe ! J ‘avais vu large côté kms , mais ils ont tout fait comme s’ils avaient faim de longue distance . Donc le samedi nous partons du camping à la fraîche et on avale 50km dans la matinée pour nous arrêter et brouter à l’ombre à Salin de Giraud .

La suite est faite de panneaux d’interdiction à certains endroits et à d’autres pas , difficile de savoir où nous mettons nos roues . D’ailleurs nous avons eu la visite d’un personnage qui nous signale que là nous sommes …. « Bon combien nous vous devons ? » évidemment nos plates excuses et que faut-il faire pour se sortir de ce guêpier ? Quelle que soit la direction nous sommes entourés de pièges , donc direction la mer pour nous noyer ! Ici du sel , du sel , du sel ….. des labyrinthes de pistes surchauffées .

Nous arrivons enfin à sortir de l’endroit pour rejoindre ce qui ressemble à une autoroute pour touristes VAE ! Le groupe s’étire et les kms pèsent , on devine les c… de babouins sans en voir la couleur !!! A l’arrière Olivier est royal il temporise , rassure bref indispensable poste pour notre club qui a la préférence à ceux qui ont accroché cette lanterne rouge disant : toujours là ! Le stress de se faire piquer à la sortie de la moindre piste agit sur les organismes . Ça couine derrière , devant un train d’enfer est mené par ceux qui ont encore des watts ! On arrive à Sainte Marie de la Mer où les prédictions de longue vie sont ici l’or de ceux qui devinent ….

VOS EUROS ! Il manque 3km pour atteindre les 100km eh bien ...certains vont tournicoter pour atteindre l’objectif . Les mini bus sous la conduite de Marie Françoise et Geneviève sont à nos petits soins . On ne dira jamais assez combien cette logistique est du vrai OR surtout que nous avons 30 km pour rejoindre le camping . Douche , boissons , apéro , repas au resto à base de riz et de taureau . Demain il va donc y avoir la force du bovidé dans les cuisses , sans oublier les bienfaits du riz Camarguais : ça va encore pédaler . Fichtre j’aurai presque oublié les cervicales de Céline qui retrouveront toute leur souplesse grâce à l'application de la pommade miraculeuse .  C’est que d’autres se découvrent finalement des douleurs qui auront la préférence de la chimie aux vertus immédiates : Doliprane , ibuprofène …. Tout ça ne va pas empêcher un mobil home de changer de place durant la nuit sous la forte action des soufflets de certains !

Au petit matin si les mines sont fatiguées nous devons plier , ranger , nettoyer avant de quitter les lieux . Un adieu symbolique au camping et toujours la platitude sur le terrain durant toute la rando .

Après quelques kilomètres nous improviserons face à la fermeture d’un sentier , on arrivera à retrouver le bord de l’étang de Vaccarès . Du monde à pied , à vtt , à vélo et à cheval malgré le vent qui a fait son apparition sur Sainte Maries de la mer avec quelques délicieux petits sentiers sinueux si chers à notre plaisir hédonique . On flâne un coup à gauche , un coup à droite au milieu des roseaux , on se laisse porter par la facilité en évoluant lentement pour mieux apprécier les lieux . C’est qu’au final on se retrouve devant l’absurde ! On ne traversera pas le petit Rhône par le bac du sauvage pour cause de fermeture entre 12 et 14h . Déception , car c’était aussi une petite distraction que nous voulions nous offrir . En guise de consolation nous aurons le paysage et le sol bitumeux pour aller chercher la longue piste qui nous ramènera au point d’arrivée . Les mini bus nous attendent au petit village d’Albaron après une nouvelle étape de 70km .

Stop , c’est terminé on pose les chevaux (les nôtres) pour pique-niquer tous ensemble et prendre le temps de nous restaurer . Charger la remorque , nous changer , nous laver comme les chats et hop direction Montauban par Béziers , Castres afin d’éviter les fameux bouchons de l’autoroute . Alors c’était comment la Camargue : à faire , mais pas à refaire …. Consolation : Chaleur , moustiques , kilomètres VTT , salins et mal au c.. pour ceux qui aiment cette sensation agréable !

Habituel : convivialité , solidarité , dépaysement …

Désolation : reprise du boulot et abrutissement de l’actualité dévastatrice du moment .

D’autres aventures : oui avec comme première priorité la passion du VTT .

Autres photos ICI 


Commentaires

Serge le lundi 02 août à 22:42

Merci encore et encore Alain de nous faire partager ton inépuisable vivier d'idées de découverte et pour ce récit magnifique. Merci à tout le groupe pour la convivialité et le partage de ce plaisir de la contemplation et de la decouverte de paysages sauvages mais modelés de mains d'Hommes depuis des siècles. Je me rappellerai longtemps de ces étangs  couleur jus de flamants. Ces raids sont un regal pour la santé physique, mentale et l'occasion de partager des instants uniques en toute simplicité. Merci Marie-Françoise, merci Geneviève cela a été une joie de vous avoir parmi nous pour ce super we en Camargue !!

A bientôt !

Michele G. le lundi 02 août à 09:05

Un groupe toujours aussi dynamique. Excellent weekend, merci Alain, Marie-Françoise, Geneviève.

Connectez-vous pour pouvoir participer aux commentaires.